La nuit était tombée depuis des heures, Sadie se retrouvait seule, comme souvent, ces voyages introspectifs la menaient souvent bien loin de sa réalité, bien loin oui.


Elle referme la porte sur elle, jette son livre du moment, un magazine, sur son lit. La lumière rose de sa chambre est la seule fantaisie dans cet appartement au calme redoutable et pourtant si peu redouté. Sadie aime le silence, il l'apaise l'éloigne, voyage immobile.


Elle attrape deux oreillers pour les caler et s'installe sur son lit, elle aimait cet endroit, de détente absolue, ou de plaisirs inavoués...


Ce soir, comme souvent, elle a sa vie dans son lit, des pages pour s'évader, du son pour s'ennivrer... son portable sur silencieux, son ordinateur aussi...


Son lit ne ressemble à rien d'autre qu'un terrain de jeux intellectuels, à peine l'espace de dormir, dormir? cette idée qui ne l'effleure que trop rarement... ce soir, ce lit, son lit ne sera pas un terrain de jeux sexuels, pas de corps en ébats, pas ce soir là tout du moins...


Pourtant ce soir, elle a froid. Elle aurait aimé qu'on la réchauffe , elle n'aurait pas refusé des bras enlaçant son corps contracté, des mains s'éparpillant... elle y pensait parfois, elle ressentait même la sensation du contact de sa peau au contact de l'autre si jamais elle fermait les yeux... ce silence chargé d'envie, cette sensation de chaleur, celle qui fait lacher prise...

Elle aura aimé s'abandonner sans y penser, chavirer... à volonté.

C'est vrai qu'elle aurait aimé... mais elle avait choisi d'avoir le choix de ces moments, pour les vivre pleinement... sa liberté.


Elle allume une petite lumière supplémentaire comme pour éclairer sa conscience, se pose, les yeux rivés sur son écran... reliée au monde en permanence, cachée derrière lui, elle communique avec la terre entière, ce soir... elle observe la toile, sans grande conviction, juste pour l'information... s'y accroche guidée par un je ne sais quoi qu'elle ne sait définir... comme un besoin de tisser son antre...

Elle enfile un gros pull et se réfugie sous son casque - le monde s'éloigne déjà - bercée par des mélodies enivrantes, si intenses qu'elle perd vite pied, laissant de côté ses pages apocalyptiques, celles qu'elle squatte sans état d'âme pour s'évader dans une dimension intemporelle.


Ce soir, celle qui la réchauffe est cette voix logée dans le creux de son oreille, cette voix qui murmure, cette voix qui l'envoute instantanément. Dès les premières notes. Une vague de chaleur s'empare de son corps tout entier - elle pourrait affronter la neige avec pour seul tissus, son émotion... Ses mains guêtent et repètent le même geste - "play - pour que ce moment ne s'arrête jamais.


Elle s'abandonne vite aux pendants d'un plaisir qu'elle seule connait, cette sensation de plénitude, de toute puissante, transportée par ce piano qui n'attendait qu'elle... elle seule et pourtant... elle déborde et touche le plafond...



Seule et si loin...

en tête à tête

elle et ses papillons,

si loin, si bon

la nuit,

seule et pourtant

...

            



Sadjoy San - Web site by monamoore

[ Edito ou tard ] . [ Mes mots en costume ] . [ ***Rock me*** ] . [ Billets d'humeur ] . [ La fraZ du jour ] . [ Statut d'un jour... ] . [ Ces fraZ ] . [ Les expressions à la moi ! ] . [ J't'en poz des kestions !?! ] . [ Sadie ] . [ Dico Sadjoy/Français ] . [ English spirit ] . [ Le who'Z me ] . [ BUSINESS ] . [ Thanx, Grazie Mille... ] . [ Contact ] . [ Livre d'or éveillé ]
[ Sadie ]

< Sadie, à l'envi >
< Pas à pas... >
< Aux larmes citoyenne >
< Sadie, ses gares et ce voyage interminable... >
< Sadie, en nuit... vit >
< Et si Sadie >
< En vie >
< Sadie passe la main >

< Sadie / Sadie, en nuit... vit >