... donnait un sens à sa vie...


Sadie a pris l'habitude de réaliser la chance qu'elle a d"être en vie, chaque jour, elle le ressent, chaque jour, elle se frotte au monde qui l'entoure, sans détours.

Aujourd'hui, elle n'a pu retenir cet homme que son déambulateur a trahi. Un trottoir irrégulier, le déambulateur a entrainé dans sa chute son "marcheur". Egratiné, l'homme s'est excusé, Sadie l'a aidé à le relever, elle est repartie, la gorge nouéee, les yeux perdus dans le vide... refroidie sous cette chaleur de plomb.

La journée s'est écoulée sans grande originalité, elle a vaqué à ses pensées, habitée... Parfois elle a l'impression qu'elle ne raccrochera jamais.

Ca fait un moment qu'elle a décroché du monde des gens, des vivants, elle, elle erre entre ciel et terre, au gré de son inspiration, toujours à contre-sens de la réalité. Ca l'arrange bien, Sadie le sait, ça évite de ressasser des mauvais souvenirs, d'envisager l'avenir, si impalpable...

Mais elle s'en fiche, elle avance, doucement en marchant.
Elle s'engage sur un chemin un peu encombré, mais elle aime quand c'est un peu compliqué, comme un défi à relever...

Aujourd'hui et comme chaque jour,
elle réalise qu'elle est en vie,
un privilège ou un sacrifice,
une vie sans but précis,
est-ce une vie?
Aujourd'hui, encore une fois
il fait nuit,
l'occasion rêvée de faire des cauchemars
il fait noir,
aujourd'hui, encore et toujours,
elle se demande pourquoi elle dort encore,
si tard...

Encore une de ces histoires dans lesquelles elle s'embarque,
sans jamais savoir,
où elles mènent...

Elle aimerait se dire qu'elle part en Amour-ésie,
histoire de se poser un peu,
de se mélanger,
s'oublier
et faire des voeux.

De chasteté, il n'est question,
elle est le contraire de la raison,
Sadie "s'enquiquinerait" bien d'une moitié,
un peu dévouée pour l'accompagner
dans ses voyages insensés,
aux sens exacerbés.

Sadie est rentrée pour fuir la fraîcheutr de cette nuit d'été,
S'est réfugiée sous la pluie d'une douche brulante,
s'est lavée de ses états d'âme
rafraîchi les idées,
et s'est noyée dans le son d'un de ses morceaux préférés,
Sadie est partie loin... très loin.

Plongée dans le noir absolu,
elle a fui le silence si éloquent de cette salle de bain.
Sur son lit, allongée,
elle a calé son casque sur les oreilles,
entamé un long voyage
mélodie douce et stridante
voix épurée,
elle en a chialé,
tellement c'était bon,
tellement c'était beau,
tellement c'était grand,
orgasme musical.

le seul mot pour panser ses pensées,
les seuls maux pour ne plus penser...

C'était peut-être cela donner du sens,
ne plus souffrir,
sentir l'envie,
se savoir en vie.

            



Sadjoy San - Web site by monamoore

[ Edito ou tard ] . [ Mes mots en costume ] . [ ***Rock me*** ] . [ Billets d'humeur ] . [ La fraZ du jour ] . [ Statut d'un jour... ] . [ Ces fraZ ] . [ Les expressions à la moi ! ] . [ J't'en poz des kestions !?! ] . [ Sadie ] . [ Dico Sadjoy/Français ] . [ English spirit ] . [ Le who'Z me ] . [ BUSINESS ] . [ Thanx, Grazie Mille... ] . [ Contact ] . [ Livre d'or éveillé ]
[ Sadie ]

< Sadie, à l'envi >
< Pas à pas... >
< Aux larmes citoyenne >
< Sadie, ses gares et ce voyage interminable... >
< Sadie, en nuit... vit >
< Et si Sadie >
< En vie >
< Sadie passe la main >

< Sadie / Et si Sadie >